En cas de sinistre : 1 866 662-0661

Étude de cas : un compromis fait un bon parapluie, mais un mauvais toit

Les bâtiments qui font partie des parcs immobiliers municipaux diffèrent d’années de construction, de types de construction, de niveaux d’entretien et d’usages. Ces bâtiments font face à plusieurs risques, notamment celui d’incendie qui est bien connu et dont les conséquences sont souvent importantes tant en termes de coûts que d’effets sur les activités municipales.

De plus, certains bâtiments ont une structure affaiblie ce qui augmente le risque d’effondrement. Les causes de ces affaiblissements sont nombreuses, mais le poids de la neige et de la glace est trop souvent la goutte qui fait déborder le vase. Des bâtiments ne s’effondrent pas tous les hivers, soumis à plusieurs facteurs, dont la quantité et le type de précipitation reçue, mais lorsque cela survient, les conséquences peuvent être très importantes pour une organisation municipale.

Afin d’illustrer nos propos, nous présentons ci-dessous un cas fictif, mais très réaliste, d’un événement qui aurait pu survenir dans n’importe quelle municipalité. À noter que toute ressemblance avec des personnes ou des faits ayant eu lieu n’est que pure coïncidence.

Ce qui est arrivé

L’hôtel de ville de cette municipalité partage un mur mitoyen avec un centre communautaire et culturel. Ce bâtiment a été construit dans les années soixante, mais plusieurs agrandissements y ont été apportés au fil des années. Le bâtiment n’en est pas à son premier hiver et a toujours résisté aux accumulations de neige. Tellement que les employés et les citoyens de la municipalité le surnomment La Voûte. Compte tenu de son apparente solidité, le déneigement de sa toiture n’était pas jugé prioritaire. En fait, de nombreux compromis ont été faits à l’égard de ce bâtiment.
Toutefois, lors d’un hiver particulièrement rigoureux et marqué par plusieurs redoux, des couches de neige et de glace se sont accumulées sur le toit de l’immeuble. L’administration municipale était particulièrement consciente des risques liés à cette accumulation considérant qu’il était question dans l’actualité de plusieurs effondrements de bâtiments dans la région. La municipalité a donc décidé de faire déneiger la toiture, mais pour ce faire, elle a dû attendre, car ses ressources étaient déjà affectées au déneigement de la chaussée et d’autres bâtiments.
Finalement, des déneigeurs ont pu être libérés pour effectuer le déneigement des lieux, mais à leur arrivée, ils ont constaté qu’il y avait des signes de déformation sur la structure du bâtiment. Ce dernier a été rapidement évacué et, peu de temps par la suite, s’est effondré. L’enquête a révélé que la structure générale avait probablement été fragilisée lors d’hivers passés et plus particulièrement aux endroits où certains des agrandissements n’avaient pas été faits selon les règles de l’art.

Résultat : Les bureaux de la municipalité ont dû être relocalisés dans un autre immeuble pendant la durée des travaux de reconstructions et certaines activités communautaires et culturelles ont dû être reportées ou annulées. Le coût des travaux de reconstruction a totalisé des centaines de milliers de dollars. L’apparente négligence de la municipalité ainsi que l’effet sur la communauté ont aussi terni la réputation de la municipalité auprès de ses citoyens. La Voûte a ainsi perdu de son prestige.

Comment cela aurait-il pu être évité?

La municipalité aurait eu tout avantage à préparer un plan de déneigement qui identifie les bâtiments qui doivent être déneigés en priorité, le moment pour le faire et les ressources nécessaires qui pourront procéder rapidement au déneigement en temps utile.

De plus, en identifiant un responsable de la mise en œuvre du plan de déneigement, la municipalité s’assurera qu’un suivi rigoureux de l’évolution de la météo, des précipitations et des accumulations de neige sur les toitures soit effectué.

Dans le cas des bâtiments d’une importance stratégique pour la municipalité, il aurait fallu faire préparer un protocole de déneigement permettant de déterminer quand intervenir.

L’augmentation de la fréquence des phénomènes climatiques extrêmes est propice aux accumulations de neige rapides et accroît le risque d’effondrement des bâtiments en période hivernale. Il est donc important pour la municipalité de bien se préparer afin de pouvoir réagir rapidement.

Ces quelques actions, qui font partie d’une gestion intégrée des risques municipaux, auraient pu éviter des coûts considérables à la municipalité en plus de protéger sa réputation auprès de ses citoyens.

Pour de plus amples renseignements, contactez notre Service de la prévention des sinistres.

Partagez :

Écrit par

Service de la prévention des sinistres

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
Camps de jour : quand qualité et sécurité vont de pair!
Nous vous présentons un survol d’éléments essentiels à considérer pour offrir des camps de jour sécuritaires.
Étude de cas : Marcel et les disjoncteurs
Si Marcel et l'administration de la municipalité avaient mis en place une culture de gestion des risques, ils auraient pu sauver un important bâtiment municipal et son contenu de grande valeur et assurer la pérennité des services.
Réduire les risques sur les sites riverains municipaux