En cas de sinistre : 1 866 662-0661

Testez vos connaissances : les limites de modifications des contrats

Testez vos connaissances en répondant à ces 3 questions sur les limites de modifications des contrats.

1. Est-ce qu’une municipalité peut modifier un contrat octroyé dans le cadre d’un appel d’offres selon ses besoins?
a) Oui, sans limite et à sa guise si elle justifie un besoin réel.
b) Non, un contrat ne peut faire l’objet de modifications.
c) Oui, si la modification constitue un accessoire au contrat et qu’elle ne change pas sa nature.

2. Si une municipalité a octroyé, par résolution, un contrat d’une somme de 75 000 $ et que, à la suite d’ordres de changements dûment acceptés en cours de projet, une dépense supplémentaire de 5 000 $ s’ajoute, pour un total de 80 000 $, doit-elle prendre des mesures pour acquitter la somme supplémentaire?
a) Non, puisque le contrat a été dûment octroyé par résolution du conseil.
b) Oui, en décrétant une nouvelle résolution pour autoriser le paiement du 5 000 $ supplémentaire, sous réserve qu’il existe une délégation permettant à une personne d’autoriser certains changements ou dépenses.

3. Comment définit-on un accessoire au contrat?
a) Il s’agit d’un élément connexe ou relié à l’objet du contrat initial.
b) Il s’agit d’un élément qui ne modifie pas la nature du contrat initial.
c) Il s’agit d’un élément connexe ou relié à l’objet du contrat initial et qui ne modifie pas sa nature.
d) Toutes ces réponses.

Partagez :

Écrit par

Service d’assistance juridique

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
Le droit de préemption, un nouvel outil
Le droit de préemption a fait son arrivée dans le coffre à outils des municipalités en juin 2022 par son intégration au Code municipal du Québec et à la Loi sur les cités et villes. Cette chronique donne les détails de ce nouvel outil à considérer dans le processus de planification des municipalités.
Gare aux tours d’observation, aux passerelles et autres structures municipales
Ces infrastructures municipales qui sont abondamment fréquentées et présentes en grande quantité sur le territoire sont souvent oubliées. Pourtant, elles présentent un risque important de blessures, parfois grave, que les municipalités ne devraient pas négliger.
La sécurité des piscines résidentielles : une responsabilité municipale
Absence de clôture, enceinte non sécurisée, porte laissée ouverte, la plupart des noyades chez les jeunes enfants se produisent à domicile, en dehors des heures de baignade. À cet égard, les municipalités ont un rôle phare en matière de prévention de la noyade au Québec, et particulièrement à l’avènement de la saison estivale.